Muriel

J’ai suivi une longue formation scientifique dans la recherche en biologie qui reste encore profondément ancrée en moi. Elle m’avait amenée à être très rationnelle, perfectionniste et rigoureuse. Devenir maman de trois garçons a été un choc pour moi, à la fois magnifique et douloureux. La plus belle chose qui me soit arrivée, pleine de joies et d’amour. Elle m’a donné une grande sensibilité et une capacité à donner et à aimer sans compter que je ne me connaissais pas. Mais aussi l’oubli de soi, de mes besoins jusqu’à l’épuisement et la souffrance. Et enfin la culpabilité de ne jamais faire assez bien et de ne plus avoir le contrôle, surtout avec ce mal de tête qui est arrivé peu après la naissance de mon troisième enfant. Des leçons de vie qui m’ont profondément changée.

Je vis aux USA depuis l’été 2019, tout d’abord pendant un an au nord ouest de l’état de New York, et maintenant tout près de la capitale américaine, Washington DC. J’avais déjà vécu un an à New York City en 2002. Toutes ces expériences sont très enrichissantes et m’ouvrent notamment à un état d’esprit différent. Cela me donne aussi accès à des approches et informations américaines que je souhaite partager avec vous, en plus de tout ce qui m’aide aujourd’hui à vivre beaucoup mieux avec une céphalée constante.

Couleurs Chroniques est une sorte de thérapie pour moi. Ce site internet me permet de plus de remettre un pied dans la science, qui me manquait de plus en plus.

Céphalées de tension

chapitre

Je souffre donc de céphalées de tension constantes depuis 2012. Ça peut paraître tellement banal d’avoir mal à la tête… Mais quand c’est en permanence, ça peut devenir un véritable handicap.

Au départ j’ai passé plusieurs années à faire de nombreux examens et voir plein de spécialistes mais aucun n’a trouvé de solution. Je dirais même que toutes ces recherches vaines et frustrantes, avec beaucoup de faux espoirs déçus, ont aggravé ma souffrance. Aujourd’hui mes céphalées sont toujours présentes, au moins « en bruit de fond ». Pendant très longtemps elle devenaient régulièrement plus fortes, pénibles et les choses se compliquaient : brouillard mental, grande fatigue, pensées confuses et sombres, souffrance, angoisse…

Ce mal de tête s’est installé lentement, au fur et à mesure que je m’épuisais après la naissance de mon troisième enfant. Je ne m’écoutait pas du tout : il fallait tenir… Il y a eu des moments difficiles avec d’autres problèmes, je suis passée en mode d’alerte permanente / survie pendant des mois. J’étais crevée, j’avais mal à la tête… mais je devais continuer, ne pas lâcher. Pour ma famille. Et je croyais que ça allait passer. Comme toutes mes douleurs avant.

Ce n’est qu’après de longs mois que je me suis dit qu’il y avait vraiment un problème, angoissant. Là cette douleur chronique a pris toute la place. Elle était devenue trop forte pour que je puisse continuer à la nier.

Je me suis complètement repliée et crispée dessus, à chercher vainement « un remède ». J’ai peu à peu abandonné toutes mes activités.

Remettre des couleurs dans ma vie

chapitre

Heureusement des discussions, notamment avec une psychologue, m’ont fait comprendre que ma vie n’était pas foutue. J’avais encore plein de belles choses à vivre malgré ces céphalées constantes ! À chaque fois que la céphalée n’était pas trop forte et que je réussissais à faire quelque chose, m’accorder un petit plaisir, partager un bon moment avec quelqu’un, que ma vie devenait plus légère… C’était une victoire que je savourais avec un grand bonheur !

Ce qui m’a le plus aidé pour aller mieux au départ, c’était d’essayer de mettre des couleurs dans ma vie et de ne pas laisser la douleur tout peindre en gris. Avec l’aide d’une thérapeute.

Parmi les choses qui m’ont fait du bien, il y a aussi la marche apaisante et consciente, 30 à 40 minutes tous les jours seule dans la nature.

Une autre a été l’écriture dans mon Bujo – journal. Trouver les points positifs de ma journée, m’écouter, regarder mes problèmes en face, chercher des solutions, me connaître et m’aimer…

MindBody

Ensuite il y a eu la découverte de Curable, son groupe Facebook, et de toute une approche que je ne connaissais pas. Ce n’était plus du tout gérer la douleur, mais en guérir ! Et peu à peu ça marche, je sors progressivement d’un conditionnement après l’autre, et je n’ai plus peur de ma douleur. Je n’y pense presque plus jamais, elle se fait discrète… Je me sens tellement mieux – empowered !, j’ai repris confiance, même si il y a encore des jours plus difficiles que d’autres. Ma vie redevient « normale ».

Il n’y a eu aucun miracle, mais un long travail pour comprendre et changer certains de mes fonctionnements. Grâce à toutes les informations que je partage dans Couleurs Chroniques, mais aussi le soutien de mes proches et l’accompagnement par des psychothérapeutes – la dernière spécialisée en Thérapie Comportementale et Cognitive. Et je suis encore loin d’être au bout !

Un projet riche en couleurs et en rencontres

chapitre

Couleurs Chroniques m’a permis de faire de très belles rencontres (virtuelles pour l’instant!). J’ai reçu beaucoup de soutien et d’aide, notamment avec Christelle qui a été fondamentale pour la création et le lancement de ce site. Merci !

Christophe et Elia ont aussi apporté des compétences précieuses pour le développement du site internet et la création du logo et de l’identité visuelle du site. Merci aussi !

 

Ce site donne un sens à ma douleur

 

Enfin la construction de ce site internet est une sorte de thérapie pour moi : ça donne du sens à mon expérience de la douleur. Je sens que ça fait partie de mon chemin pour aller mieux et ça me passionne, me fait vibrer, me donne de l’énergie… je ne vois pas le temps passer quand je travaille dessus ! Et surtout ce site fait un lien entre les différentes parties de ma vie.

 

Remettre un pied dans la science

En effet j’ai travaillé dans la recherche en biologie : je suis ingénieure biochimiste et j’ai un doctorat en biologie cellulaire. J’ai déjà publié dans des journaux scientifiques et travaillé dans des laboratoires de recherche, en France et aux Etats-Unis, en biologie cellulaire et spectrométrie de masse.
Pour des raisons personnelles je me suis arrêtée pour m’occuper de mes enfants. Mais j’ai encore cette vocation de faire avancer et de partager les connaissances, de participer à faire « progresser l’humanité », sans rechercher de profit personnel, avec rigueur et humilité.
C’est pour cela que c’est important pour moi qu’il y ait une place pour les dernières données scientifiques dans le site. Je veux passer du temps à alimenter cette rubrique, en essayant de comprendre le maximum de ce qu’on sait de la douleur et des traitements aujourd’hui, et essayer de le transcrire/résumer ici. J’espère arriver à quelque chose de rigoureux et sérieux, sans idées préconçues.

Et j’espère que ce site sera utile et fera du bien – au moins à une autre personne !

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.